Pour commencer, je remercie les citoyennes et citoyens qui nous ont fait confiance en votant pour nous dimanche 15 mars. Nous avons bien entendu une pensée pour toutes les familles touchées par l’épidémie que nous vivons. Nous tenons aussi à saluer tous les “premiers de corvées”, celles et ceux qui ont permis par leur travail ou leur engagement solidaire d’amortir l’impact de la pandémie sur nos vies.

    Je suis heureuse de voir le collectif Cap à Gauche représenté dans ce conseil municipal. Je dis “je”, mais c’est bien d’un “nous” dont il s’agit lorsque je prends la parole et je serai fidèle au mandat qui m’a été confié. Ce premier conseil municipal est inédit. Nous sommes réunis ici dans des conditions sanitaires particulières. Le contexte de cette élection aussi est particulièrement inédit ! Inédit pour trois raisons.

   La nouvelle majorité prend ses fonctions suite à une abstention record, qui n’est pas due uniquement au risque sanitaire. La désaffection pour les urnes se vérifie encore. La majorité municipale a été choisie par moins d’un électeur inscrit sur quatre. Il est donc indispensable de mettre rapidement en place des outils démocratiques qui permettront de légitimer l’action publique. Il faut plus que jamais croire en l’intelligence collective et en l’intervention citoyenne dans les affaires de la Cité. Comme dans la campagne, nous porterons un référendum citoyen décisionnaire ou un temps de parole avant chaque Conseil municipal pour les associations, les syndicats, les conseils de quartiers. Nous avons la volonté d’aller chercher la parole de ceux qui ne s’expriment plus et de faire entendre ceux que l’on n’écoute pas. La démocratie participative n’est pas un problème, c’est la solution.

   Deuxième point de contexte déterminant : la situation sanitaire liée au Coronavirus qui met en exergue les failles de notre système. Des services publics à bout de souffle qui se retrouvent en première ligne, comme les hôpitaux et les pompiers. Ceux-là même qui depuis plus d’un an avertissent qu’ils n’ont plus les moyens d’accomplir leurs missions correctement. Le Maire doit les défendre. L’ensemble des services d’Etat et municipaux sont notre bien commun. Nous, Cap à Gauche, les soutiendrons publiquement et le maintien de leurs compétences dans le domaine public sera notre objectif. Dans cette situation aussi les plus précaires sont les plus impactés et les inégalités encore creusées. A Cahors, tout le monde n’a pas accès à l’hygiène, à un toit, à une alimentation saine qui renforce l’organisme, à un travail qui permet de vivre décemment. Si la solidarité nationale doit faire face à cette crise, la municipalité doit aussi soutenir ceux qui ont vu leurs ressources diminuer. C’est affaire de dignité d’abord, mais aussi d’intérêt général. La lutte contre ces inégalités doit être un combat qui bénéficie à tous. Nous serons force de proposition avec un centre de santé municipal un logement pour toutes et tous, les premiers m3 d’eau nécessaires à une vie décente gratuits.

  Troisième point, celui qui vient chapeauter tous les autres : l’urgence écologique et climatique. Nous n’avons plus le temps des demi-mesures et des palabres. Dans cette situation historique, la majorité qui se dit écologiste, prendra-t’elle ENFIN toutes les mesures qui s’imposent ? Espérons-le. Il s’agirait par exemple de mettre en place la règle verte, (ne pas prendre à la nature plus que ce qu’elle est capable de reconstituer), de mettre le transport en commun au cœur de nos déplacements, seul transport d’avenir. Pour le ferroviaire, oserez-vous un référendum sur la controversée Voie verte ? Nous espérons également voir abandonnées les mesures d’écologie punitive comme les bons points-mauvais points sur la carte Pass.

   La crise actuelle ne permet plus d’ignorer que le territoire doit répondre aux besoins quotidiens de ses habitants : logement, alimentation, éducation, eau, énergie, santé. La politique de la ville doit être réorientée pour préparer Cahors et le Grand Cahors à faire face aux changements écologiques et à l’imprévisible. Après deux mois de confinement, par la bifurcation écologique la souveraineté alimentaire, les circuits-courts, l’éducation populaire, la santé ou les services à la personne doivent devenir les réalités de notre quotidien, les moteurs de notre économie.
Vous le comprenez, nous serons combatifs, mais rassurez-vous, nous le serons dans l’intérêt du bien commun et du débat d’idées.

  Nous appuierons toute proposition de justice sociale, écologique et démocratique. Nous apporterons notre contribution pour améliorer les projets qui peuvent l’être. Lorsque tout sera joué d’avance ou illisible, nous nous abstiendrons. Et bien sûr, nous refuserons ce qui n’ira pas dans le sens de l’intérêt général.

  Nous inviterons l’opposition écologiste, à travailler ensemble sur des propositions d’écologie populaire en rupture avec les politiques actuelles.

  Pour conclure, le travail au Conseil Municipal et en dehors sera pour Cap à Gauche celui de tout un collectif, qui a su se mobiliser et qui a la volonté de voir une nouvelle politique advenir.

  Je vous remercie de votre attention.

   Décryptage vidéo du conseil municipal du 25 juin – en 2 parties.
Voici la 1ère concernant les délibérations, hors budget.

  Une vidéo spécifique sera réalisée pour expliquer le budget: sujet important car tout en découle!

Elsa BOUGEARD  pour Cap à Gauche

Photos : Raphaël Bianchi 2020

   Cap à Gauche présente son décryptage du deuxième conseil municipal.
   On parle notamment de la place de l’opposition dans le conseil, du cumul des mandats, de la régie publique de l’eau.

   Bon visionnage.