La véritable écologie est une écologie du cœur. Elle est le respect de la vie en soi et dans le monde. C’est un droit pour tous. C’est pour cette raison qu’écologie et justice sociale sont une seule et même chose. Notre écosystème, la Terre, et chaque être vivant avec l’humain sont menacés et donc au cœur de nos préoccupations.
Face à la marchandisation outrancière, le mode de production capitaliste, la destruction des écosystèmes, la collectivité peut opposer des solutions responsables pour réinventer des modes de vie plus écologiques et protéger les citoyens des impacts des changements actuels. L’écologie est également espace de démocratie (les alternatives sont à construire avec les citoyens) et créatrice d’activité (éducation, emplois, loisirs…)
Nous portons une écologie juste, accessible et bénéfique à tous et toutes, et notamment aux plus fragiles qui sont les premières victimes de la crise actuelle.

     • Mettre en œuvre une règle écologique :
– Faire un état des lieux environnemental de la commune en associant citoyens, services municipaux, associations, institutions pour définir ensemble, dans le cadre d’un débat citoyen (en lien avec le Plan Climat Air Énergie Territorial), les orientations et alternatives prioritaires et adaptées à la commune pour s’engager dans la bifurcation écologique.
– Instaurer un comité de suivi citoyen chargé de contrôler la mise en œuvre et le respect des orientations choisies.
– Imposer à tout projet municipal un cahier des charges écologique prenant en compte l’impact immédiat et sur le temps long : travaux, achats, marchés publics…

     • Faire évoluer les transports et la circulation des personnes et des marchandises :
– Offrir une alternative à la voiture, en construisant avec les habitants de Cahors et du Grand Cahors le développement des transports en commun (bus, navettes) ainsi que des solutions de covoiturage, la création de pistes cyclables sécurisées et de parcs à vélos, la piétonisation partielle de la ville avec – à terme – des parkings en zone bleue, le développement de parkings en périphérie gratuits.
– Développer le déplacement des enfants par pédibus pour se rendre à l’école et promouvoir la marche.
– Soutenir et promouvoir le transport ferroviaire.
– Développer les circuits courts en partenariat avec les producteurs locaux.

     • Réduire la production des déchets et les nuisances liées à leur traitement :
– Apporter une alternative de traitement à l’enfouissement technique tout en limitant le transport des déchets.
– Renforcer la réduction de la production de déchets par des ateliers collectifs de sensibilisation (démarche « zéro déchets », 100 % compostage….)
– Mettre en place une filière de traitement collective par compostage de tous les biodéchets et organiser une filière séparée des autres déchets.
– Soutenir l’implantation de recycleries.
– Poursuivre la lutte contre le gaspillage alimentaire (sensibilisation, convention avec des associations caritatives).

     • Réduire les consommations d’énergie et développer les énergies renouvelables :
– Amplifier la rénovation thermique du parc bâti municipal, des logements sociaux et les aides aux particuliers pour optimiser le rapport consommation d’énergie – confort – coût afin de réduire les consommations énergétiques et protéger les plus démunis.
– Réduire la consommation liée à l’éclairage public (suppression de points lumineux inutiles, remplacement des ampoules par des leds, graduation de l’intensité lumineuse ou allumage par détection de mouvements).
– Soutenir les projets de développement des énergies renouvelables adaptées au besoin local (énergie solaire, biomasse, étude sur l’énergie hydroélectrique exploitable du Lot).

     • S’investir dans les pratiques agricoles et alimentaires écologiques et saines :
– Étendre les partenariats avec les producteurs locaux pour tendre vers le 100% bio et local dans les cantines.
– Augmenter le nombre de repas végétariens dans les menus de la cantine.
– Supprimer les emballages plastiques dans la restauration collective.
– Créer des jardins municipaux nourriciers et pédagogiques, une ferme urbaine et des jardins partagés en culture écologique (bio, permaculture, culture raisonnée…) pour fournir une alimentation saine et proposer des espaces de formation (professionnelle, éducation jeune public…).
– Soutenir l’installation d’une agriculture paysanne et écologique (accès au foncier, commande publique), d’une filière de transformation et de commercialisation avec participation citoyenne pour rendre abordable les produits bio à toutes et tous.

     • Végétaliser la ville et empêcher l’artificialisation des sols :
– Créer des jardins publics et permettre aux citoyens de cultiver l’espace public (permis de planter).
– Lutter contre l’artificialisation des sols et protéger les terres non bétonnées grâce aux documents d’urbanismpe (protéger les terres arables, imposer un rendement emploi/surface pour des installations d’activité, interdire de nouvelles surfaces commerciales …).
– Favoriser le logement en centre-ville en soutenant la rénovation du bâti et le logement social.

     • Sauvegarder et valoriser les milieux naturels :
Cahors est riche de ses milieux naturels : le Lot et le Causse. Elle doit les protéger, les valoriser et permettre aux Cadurciens de les vivre pleinement.

– Protéger les rives des berges du Lot de l’érosion, par le génie végétal avec un plan pluriannuel planifié en lien avec les associations et la Fédération de pêche du Lot.
– Créer des aménagements légers sur les berges tout en préservant le milieu naturel pour en faire un lieu accessible à tous et partagé (personnes à Mobilité Réduite, familles, pêcheurs, personnes âgées…), un lieu de convivialité (zones de jeux, tables…), d’éducation à l’environnement (panneaux, animations), de santé (parcours), de tourisme (intégré au circuit patrimoine bâti de Cahors).
– Impulser, avec les associations locales, la création d’un Centre Permanent d’Initiation à l’Environnement.

     • Réduire les pollutions de l’eau et préserver la ressource :
– Poursuivre la mise en place de l’usine de filtration.
– Substituer « Cahors Plage » (et le sable polluant) par « Cahors Au bord de l’eau » (plage végétalisée).
– Prendre un arrêté d’interdiction d’utilisation de produits phytosanitaires (pesticides) et utiliser uniquement des produits écologiques d’entretien pour les locaux municipaux.
– Expérimenter la mise en place de toilettes sèches dans les lieux publics.
– Aider à l’achat de récupérateurs d’eau pluviale.
– Intégrer des techniques de préservation de l’eau dans toutes les nouvelles constructions privées et publiques de la commune.

     • Réduire les pollutions lumineuses et visuelles
– Faire appliquer la réglementation sur les enseignes publicitaires, interdire les écrans publicitaires et les enseignes allumées la nuit.
– Réduire le nombre et la surface des panneaux publicitaires.
– Supprimer l’éclairage lorsque c’est possible (selon la zone, selon l’heure).

     • Accompagner, sensibiliser à l’environnement et aux bonnes pratiques écologiques :
– Promouvoir l’éducation à l’environnement pour tous les âges (jardins, rivière Lot…).
– Accompagner les habitants dans les bonnes pratiques écologiques (diagnostic énergétique du logement, démarche zéro-déchet, journée sans voiture, formation au compostage…).
– Soutenir les établissements publics dans des démarches de label écologique.